Vivre et écrire

Quand on est en auto-édition, il n’est pas toujours facile de garder le cap, toujours droit devant. Si mi-février j’ai atteint les 20.000 mots sur les Larmes de Nelor, depuis je n’ai pas écrit une seule ligne, ni même une virgule. Pire que ça, ma présence sur les réseaux sociaux a été de l’ordre duLire la suite « Vivre et écrire »

Publicité